Test de chaussettes, bonnets et gants étanches Sealkinz

chaussettes, bonnets et gants étanches Sealskinz

Membrane 3 couches

  • Couche externe : robuste et durable 87.5 Nylon, 12.5% Elastane.
  • Couche intermédiaire : membrane imperméable et respirante 100% Polyuréthane.
  • Couche interne : doublure anti-bactérienne évacuant l’humidité 65% Laine de Mérino, 33% Nylon, 2% Elastane.

 

 

 

 

http://www.youtube.com/watch?v=fiLK2hWTKNU

 

Nous avons testé pour vous les chaussettes, bonnets et gants Sealskinz.

Ces paroduits entièrement étanches luttent efficacement contre le froid et la pluie même dans les conditions les plus extrèmes.

ouSealSkinz est une marque anglaise,  Fabriqué outre-manche, là où l’humidité est omniprésente, leurs produits lutte contre les effets de l’eau, on se dit qu’on est en terrain connu !  Restait à voir cette efficacité à la fois contre l’humidité et contre le froid. Pendant trois mois d’hiver, avec des conditions de froid sec (jusqu’à – 5°), humide, de pluie ou de neige, le test des gants comme des chaussettes s’est avéré très intéressant.
Les socquettes ont deux particularités : évacuation de la transpiration et lutte contre l’humidité et le froid. Côté évacuation de la transpiration, impeccable, pas de soucis. Côté froid, avec des températures négatives, de l’ordre de -5/-10, on conseillera de mettre des surchaussures. Pour garder les pieds au sec, en revanche, les chaussettes SealSkinz sont parfaites. Et rester les pieds au sec à vélo, c’est du confort assuré. L’efficacité contre l’humidité et avec une parfaite évacuation de la transpiration vient de la triple couche : l’intérieur est en laine mérino, en intermédiaire est placée une membrane porelle qui assure l’étanchéité et la couche extérieure. Parfaite évacuation pour le côté respirabilité, et imperméabilité à l’eau grâce à sa membrane porelle. SealSkinz a donc réussi à trouver une niche grâce à des atouts simples et validés par le temps.

Les chaussettes SealSkinz sont proposées en une seule couleur noire, en deux types de hauteur : mi-mollet pour vélo, trails, etc… et genou pour tout ce qui est ski, sports d’hiver… Les tailles vont de S (36/38) à XL (47/49) en passant par M (39/42) et L (43/46). Pour les prix, on est sur un créneau de prix public conseillé de 42,50 euros pour les mid, et 53 euros pour les hautes.

L’avantage avec le vélo, c’est qu’on n’a aucun échauffement avec ce type de chaussettes, et l’efficacité contre l’humidité est parfaite. On a bien affaire à un produit venu d’Angleterre, on vous l’assure ! Petit détail. Si on roule quelques heures sous la pluie, celle-ci a tendance à ruisseler le long de la jambe, après projection sur le cadre. A la longue, on peut avoir l’eau qui s’infiltre entre la chaussette et la peau. Dans ce cas précis, SealSkinz recommande de mettre un ruban adhésif pour empêcher ce cas de figure pas toujours évident à anticiper.

Côté gants, SealSkinz a là aussi privilégié l’efficacité et la sobriété. Les conditions météo ont été les mêmes. Grosse particularité pour le vélo, ce sont les renforts gel placés au creux de la paume et les renforts antidérapants aux passages des vitesses ou sur le pouce côté doigts. On évite ainsi une usure prématurée du gant. Au bout de trois mois d’usage, on confirme que la qualité est au rendez-vous.

Au premier abord, on voit que la qualité est irréprochable au niveau des coutures. Deux bandes réfléchissantes, un mousqueton pour accrocher, un velcro pour assurer parfaitement l’étanchéité, donc une finition exemplaire. Ensuite, ces gants SealSkinz sont assez épais, gage de qualité. Petit inconvénient, on a un peu de mal avec les passages de vitesse ou les touches du compteur, voire ouvrir, fermer un vêtement. Malgré tout, la question du froid, première qualité requise, est très bien prise en compte, et c’est ce qui pénalise en premier un cycliste sur son vélo en hiver.

Comme pour les socquettes, on a les trois couches qui vont bien, avec la membrane porelle au milieu pour faire barrage à l’humidité, vent, froid et avec, une très bonne évacuation de la transpiration, donc jamais de phénomène de chaud-froid avec ces gants. Evidemment, quand on abordera les 10/12 degrés, on passera à des gants plus légers, mais c’est une autre histoire. Les gants SealSkinz taillent un peu serré, avec quatre tailles possibles : S/M/L/XL. Le prix public conseillé est de 59,90 euros, un investissement très utile côté vélo, mais aussi pour tous les sports d’outdoor que l’on pratique en hiver comme ski, course à pied, etc…

Dernier point sur ce double test hivernal, SealSkinz recommande d’être prudent au niveau lavage et séchage de ses produits. Enfin, pour les plus frileux ou les fans absolus de la marque, SealSkinz a développé une gamme de bonnets et casquettes.

Chaussettes étanches Disponible ICI 

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :